La surdité

Définition : L’audition se fait en trois étapes : les sons de l’environnement sont perçus par l’animal et se propagent par l’air au sein de l’oreille externe, moyen puis interne. Il s’agit de la conduction. Puis il y a transduction, c’est-à-dire conversion de l’onde mécanique en énergie électrique, par l’intermédiaire de la cochlée. Enfin, le potentiel d’action est transmis au système nerveux en cheminant par le tronc cérébral et le diencéphale, jusqu’au cortex auditif. Chez le chien, le conduit auditif s’ouvre vers le 12-14ème jour et l’audition est normale dès le 20ème jour. Dans le cas contraire, on parle de surdité. La surdité peut être la conséquence d’un défaut de conduction (otite externe et/moyenne, rupture du tympan, tumeur du conduit auditif, fracture de l’os pétreux, polype nasopharyngé) : on parle de surdité de conduction. Elle peut être due à une atteinte cochléaire (surdité sensorineuronale endococléaire) par une cause congénitale, par dégénérescence prématurée ou par une cause toxique. Enfin, elle peut être due à une atteinte des voies nerveuses de l’audition, périphérique ou centrale (surdité sensorineuronale rétrococléaire) par des causes inflammatoires, néoplasiques ou vasculaires. La surdité congénitale est de type sensorineuronale endocochléaire, la dégénérescence cochléo-sacculaire résultant principalement d’une dégénérescence des cellules ciliées neuroréceptrices. Bien que ce processus dégénératif commence à la naissance, la surdité ne se développe pas avant les premières semaines de vie (3 à 4 semaines) chez la plupart des individus atteints.

Races concernées : Une prédisposition est rencontrée chez les races de chiens portant le gène Merle (Colley, Dogue Allemand arlequin, Border Collie et Berger des Shetland), le gène pie (Bull Terrier, Dalmatien et Setter Anglais) ou chez les chiens aux yeux bleus et à robe blanche. Dans une étude faite par le Professeur STRAIN de l’université de Baton Rouge en Louisiane sur 665 Bull-terriers, 18% des Bull-terriers blancs avaient une surdité unilatérale et 2 % une surdité bilatérale, par contre seulement 1,3% des Bull-terriers de couleur avaient une surdité unilatérale et aucun n’était ateint de surdité bilatérale

Déterminisme génétique : Le mode de transmission est à ce jour inconnu, il serait probablement polygénique.

Expression clinique : Les signes sont visibles dès les premières semaines. Les chiens sourds ont du mal à se réveiller (lorsqu’on les appelle) mais ils répondent bien aux stimulis tactiles, sont souvent plus agressifs et vocalisent plus souvent, surtout lorsqu’ils sont seuls. Parfois, les propriétaires viennent parce que leurs chiens n’obéissent pas ou sont « stupides ». Lors de surdité unilatérale, les chiens ont du mal à localiser l’appel de leur maître.

Diagnostic : Le diagnostic clinique est évident lors de surdité bilatérale, car le chien ne répond pas aux stimulis sonores. Il est plus délicat sur des jeunes chiots ou lors de surdité unilatérale. La mesure des potentiels évoqués auditifs (PEA) est une méthode de diagnostic rapide, non invasive et objective. Un stimulus acoustique est délivré par un écouteur externe et des aiguilles hypodermiques captent le signal électrique évoqué. Cet examen permet de confirmer de façon objective et de localiser les troubles de l’audition. Les animaux atteints de surdité congénitale présentent un tracé des PEA isoélectriques uni ou bilatéral. L’élimination des autres causes de surdité se fait par un examen neurologique, un examen otoscopique (intégrité du conduit auditif externe et de la membrane tympanique), une radiographie des bulles tympaniques (évaluation de l’oreille moyenne) ou un examen tomodensitométrique ou une IRM (étude de l’oreille moyenne, interne et des voies nerveuses de l’audition).

Pronostic : La surdité congénitale est un phénomène irréversible mais le pronostic vital n’est pas en jeu (si ce n’est une plus grosse proportion d’accident de la voie public !). Si le défaut est mis en évidence peu après la vente, une action en rédhibition est possible. En effet, il s’agit d’un handicap très important pour les chiens de chasse, les chiens de garde et pour les commandements élémentaires.

Diagnostic différentiel : Eliminer les causes de surdité acquise : inflammatoire ou infectieuse (otite externe et/ou moyenne), molécules ototoxiques (gentamicine, néomycine,…), traumatisme (fracture os pétreux ou traumatisme du tronc cérébral), causes dégénérative (vieillissement) ou néoplasique.

Prophylaxie : Les animaux atteints de surdité uni ou bilatérale doivent être écartés de la reproduction. Il est conseillé de ne pas donner d’agents ototoxiques à une chienne gestante. L’intérêt du dépistage s’explique par les troubles du comportement souvent incompris que provoque cette affection.